News Updates

La vérité est une chose souhaitable pour tout le monde mais peut-on toujours dire la vérité ? Ceci est la grande question. Je voudrais souligner le verbe « pouvoir ». Quand je me suis préparé à écrire cet article, j’ai réfléchi à la question qui dit « peut-on ». Evidemment, la question ici, n’est pas une question de « falloir » ou « devoir ». Donc, on doit être réaliste en évoquant la question.

Comme impliqué par le nom, la vérité est tout ce qui est vrai et selon moi, il procède de la question de la « norme » et la « valeur ». Je suis bien informé que le sujet de la norme et la valeur est contestable. Certains philosophes ont tenté d’évoquer la distinction et la relation entre les normes et les valeurs. Pour quelques philosophes, Ceci est un conflit entre l’idéologie du « conséquentialisme » et de la « déontologie ».  Ici, je ne souhaite pas aller en détail sur tous les arguments à ce sujet mais je vais tenter d’évoquer la question.

En suivant les arguments du « conséquentialisme » et de la « déontologie », je vais evoquer la question principale en discutant les questions suivantes : La vérité, a-t-elle un désavantage ? Est-il nécessaire de dire tout ce qu’on sait ? La vérité, doit-elle être basée sur la « norme » ou la « valeur »?

La vérité a-t-elle un désavantage?

Pour commencer, je voudrais mentionner rapidement que la vérité est une vertu. Personne qui peut toujours dire la vérité avoir une chance à recevoir confiance d’autrui. Cependant, est-il toujours avantageux de dire la vérité toujours ? Ma réponse qu’il faut non, elle n’est pas toujours avantageuse. Donc, ne doit-on pas considérer dire la vérité selon la conséquence attendue indépendamment de la norme ou la valeur de dire la vérité ? Selon moi,  les conséquences de certaine action sont très importantes même si l’action est considérée comme mauvaise. En réalité, la vie n’est pas toujours logique. Il y a des choses considérées comme mauvaise mais qui donnent un bon résultat et vice-versa. Alors, indépendamment de ce qu’on pense à la « bon » de dire la vérité, elle n’est pas toujours avantageuse. Ce qui est important, à mon avis, est d’évaluer le danger de mentir. Le mensonge n’est pas toujours du mal. Parfois, on ment pour protéger ce qu’on aime beaucoup pour ne pas le perdre. Ca peut être la meilleure chose de faire dans certaines circonstances. Quand on n’est pas obligé de dire la vérité, ce mieux de se taire que de dire la vérité qui serait dangereuse.

Est-il nécessaire de dire tout ce qu’on sait ?

Selon ce qui précède, il est important d’évaluer le but de la vérité. Par exemple, dans le métier de la santé : c’est au médecin à savoir écouter ce que le patient veut savoir. La vérité qu’il faut lui révéler n ‘est pas seulement une vérité scientifique. C’est la vérité nécessaire à la thérapeutique. Pas nécessairement toute la vérité. C ‘est la vérité qui peut être entendue et dont le dévoilement est utile. Une communication satisfaisante entre médecin et malade permet ensuite au patient de se réapproprier ce qui arrive à son corps et de vivre avec. Donc, selon moi, la vérité qui ne sert à rien, n’est pas utile à dire. Il vaut mieux de ne pas dire quelques vérités, si elles ne sont pas inutiles.

La vérité, doit-elle être basé sur  la « norme » ou la « valeur »?

Jusqu’aujourd’hui la norme et la valeur restent contestables par rapport au sujet « métaéthique ». Selon Ruwen et Christine (2009), du point de vue de la philosophie morale, les questions les plus importantes que posent les normes et les valeurs ne sont pas directement liées à celle de leur rôle dans l’explication causale ou fonctionnelle du comportement humain. Examinons le « conséquentialisme » qui s’occupe du résultat d’une action, la vérité n’est nécessairement pas fondée sur la norme ou la valeur.

Selon la théorie de conséquentialisme, un agent doit accomplir une action si et seulement si cette action promeut le bien. Donc, si la vérité ne promouvra pas le bien, indépendamment de la norme et de la valeur, elle est un forme du mal. 

Conclusion 

Du point de vue de la morale, la vérité est une bonne chose à penser mais en réalité elle est toujours une chose difficile à dire. En principe, la vérité a beaucoup d’avantage, tel qu’une bonne réputation, la possibilité de gagner le respect etc. Mentir est simple mais en même temps très diffèrent parce que quand on ment, il y a la possibilité de se perdre dans les mensonges. C’est ce qu’on voit en France aujourd’hui par rapport au cas de Jérôme Cahuzac, ex-ministre du budget de la France. Cependant, les conséquences de la vérité devraient être considérées.

Considérant que la vérité n’est pas toujours nécessaire s’il n’en résulte pas le bien et qu’elle ne procure pas toujours un bon conséquence, je conclurais qu’en tant qu’être humain qui est toujours attentif aux résultats positifs (intérêt personnel) d’une action, il est impossible de toujours dire la vérité.

Leave a Reply

%d bloggers like this: